IMG_20150523_073006 Dans la commune de kaloum, au quartier Almamya, nous voilà sur l’espace bluezone. Ce lieu a servi de cadre de l’organisation du #blogcamp224. Une journée de rencontre, de formation et d’échange entre blogueurs et activistes de Guinée, elle est organisée par l’association des blogueurs guinéens (Ablogui) le 23 Mai dernier.

 Déjà à 8h, la blogosphère avait commencé à envahir la Blue zone. Le temps est précieux, ils ont attendu 9h pour rejoindre la salle de rencontre. Sur les visages, une immense joie s’affichait. Installés par petit groupe, ils se côtoyaient, se tissaient des relations et se faisaient des connaissances mutuelles après un long temps de relation virtuelle. C’était vraiment de l’euphorie.

L’horloge est à 9h, ils rejoignent la salle d’attente. Pour s’inscrire dans le cadre de la lutte contre Ebola, les blogueurs  ont pris soins de se laver à tour de rôle les mains avec de l’eau de javel avant d’accéder à la Blue zone. Dans la salle d’accueil, deux membres d’Ablogui accueillaient les participants. L’un était chargé de collecter les contributions de 10 000fg pour la participation et l’autre inscrivait et donnait les t-shirts.

Sur l’espace prévus  pour la rencontre, l’œil du participant est vite frappé par un projecteur qui retransmet les tweets à l’aide d’un système appelé live twitte.

Derrière le public, se trouve une longue table décorée par des aliments, des nourritures rare dans ma consommation habituelle.

Entre les coins du podium, deux grands tableaux d’affiches informaient aux passants la nature de l’événement.

10881562_817015388377994_5087433756169447549_n
Modéré par Alimou Sow, Le blogcamp224 était structuré comme suit :

Une plénière : le discours de bienvenue a ouvert cette partie, l’honneur est donné au président par intérim Fodé Kouyaté pour le prononcer. Dans son discours, il a commencé par saluer et remercier les invités et aussi les participants. Il a également  déploré l’absence d’Oyé Guilavogui, ministre des tics. Qui à défaut, s’est tout de même fait représenter par Mamady Keita.
Après le discours du président, c’est autour des invités d’exposer en 10 mn des sujets qui leurs sont proposés. Fodé Oussou Fofana (député) avait pour thème  » l’intérêt pour un député d’utiliser les médias sociaux « , il nous a fait savoir que ces médias lui permettent d’accroître son champ de relation et aussi lui rapproche aux gens. Mamady Camara le représentant du ministre Oye Guilavogui a aussi évoqué pas mal de raisons qui empêche la Guinée à obtenir un nom domaine GN. Quand à Moustapha Naité, ministre de la jeunesse et de l’emploi jeunes, il a expliqué les raisons pour un ministre d’utiliser les medias sociaux.
Au terme de ses exposés, Fodé Oussou et Moustapha Naité ont démontré à travers d’une badinerie qu’ils ne sont que des adversaires politiques, non pas des ennemis.
Un déjeuné marque la fin de cette plénière, certains participants en ont profité pour prendre des photos de souvenir avec des invités, Moi même j’en ai profité.

Après cette courte pause, la seconde partie est entamée.

Comme prévus, les nouveaux blogueurs se sont rendus dans la salle E-Learning de la bluezone. Avec des formateurs aguerris, ils apprendront ce que c’est qu’un blog, comment le créer et le gérer.

Quant aux anciens, ils ont organisé un bar camp dans une autre salle et qui consistait  à faire un échange. Ce partage d’idée a inspiré, motivé et  permis aux membres de connaitre quelques techniques de rédaction web. De découvrir des sites de raccourcissement des URLs des twitts comme bit.ly, http://goo.gl ; http://raccourcir- url…

L’événement a réuni, au total, une quarantaine de participants. Une première pour l’association.

Dans leur carnet d’activité, d’autres blogcamps sont prévus à l’intérieur du pays notamment à Kindia, Labé, Kankan et Nzérékoré.

Au mois d’avril dernier Moussa Dadis Camara a annoncé sa démission dans l’armée guinéenne. Un mois après cette annonce, le parti des forces patriotiques pour la démocratie et le développement (PFDD) lui désigne président du parti. Le 8 mai à Nzérékoré, plusieurs centaines de femmes ont y pris d’assaut pour clamer son retour, exilé depuis 2010 à Ouagadougou. Et le 11 mai lors d’une conférence de presse tenue à Ouagadougou, Moussa Dadis Camara annonce officiellement sa candidature aux prochaines élections qui doit se tenir cette année.

alpha et dais

Cette chronologie des faits est-elle une coïncidence ?

La candidature de l’ex capitaine du bataillon des troupes aéroportées suscite beaucoup de questions de la part des analystes et observateurs du pays. D’abord il est poursuivit par la cour pénale internationale pour des crimes et violes qui ont été commises le 28 septembre au stade du même nom. Cette candidature anticipée peut être à cet effet  un moins d’empêcher le Président Condé de lui livrer à la CPI, cela s’explique par plusieurs raisons. Moussa Dadis Camara est l’une des personnes les plus populaires et la plus influente en Guinée forestière, le livrer à la cour pénale internationale pourrait encore susciter une colère incessante chez les habitants de cette région. Une région depuis l’avènement de la troisième république est frappée par de nombreuses crises. De la tuerie de Zogota à la crise d’Ebola en passant par la tuerie de Womé. Ces crises ont causées la mort des milliers de personnes et ont plongé ces peuples dans l’indignation. Chose qui peut être un coup dur pour le professeur Alpha Condé aux présidentielles prochaines.

La seule chose qui peut remédier ce problème, c’est cette candidature de Dadis mais si celui-ci se rallierait au rassemblement des peuples de Guinée (RPG), une stratégie d’ailleurs que le Professeur Condé est entrain de mener.

Pas trois semaines, avant l’annonce officielle de la candidature de Dadis, son avocat Me Jean Baptiste Jocamey démentait les  informations sur la candidature de son client à la présidentielle d’octobre.

Qu’est ce qui a donc poussé Dadis à se présenter à la présidentielle de 2015 ?

le 29 avril dernier sur les antennes de la radio et télévision nationales, on a annoncé par décret, la nomination de l’un des plus intimes amis à Moussa Dadis Camara au poste du ministre de l’industrie et des petites et moyennes entreprises. Il s’agit de Boubacar Barry, président big up du parti PNR. Cette nomination n’est pas loin de la confirmation des hypothèses qui estiment que Moussa Dadis ne se prépare pas pour la présidentielle de cette année mais une manière de rapprocher la région forestière au professeur Alpha Condé. Cette hypothèse n’est pas à ignorer dans la mesure où les hommes sont liés par l’intérêt.

Le putschiste de 2009 aura donc intérêt de se rallier au président Alpha pour ne pas être livré à la CPI. Tout comme Alpha condé de séduire cet enfant de la forêt pour ne pas perdre l’électorat de cette région.

Une chose reste claire, sans la forêt il n’y aura pas sans doute de match entre Alpha condé et le fil de l’opposition, Cellou Dallein Diallo.

Analyse faite par Bafodé Bangoura

Depuis près de deux mois, les étudiants des universités publiques ne sont toujours pas entrés en possession de leur bourse d’entretien. Chose qui ne va pas rester sans répercutions, sachant que la plus grande partie de ses étudiants vit de ses bourses.

A l’Institut supérieur de l’information et de la communication de kountia, ce sont aux manguiers de subir les conséquences..chaque jour c’est la chasse aux mangues comme l’illustre cette vidéo dans laquelle les étudiants et étudiantes se déchaînent contre les mangues mures.Devenu très récurrent, cette nouvelle activité a tendance à donner une nouvelle filière ou département à ce temple des journalistes et communicants. Sans arrière penser, ces étudiants grimpent sur les manguiers avec leurs bels costumes.

L’Isic de kountia n’est pas le seul institut qui vit cette réalité, au centre universitaire de kindia et de kankan, la mangue reste et demeure le seul espoir des étudiants en ce moment difficile. Un moment où la galère règne à tous les niveaux, l’amertume et l’angoisse sont devenus les portes monnaies, l’absentéisme aux cours dû au manque des frais de transport se multiplie du jour au lendemain.

Vous les autorités de l’État, cette vidéo pitoyable doit vous conscientiser. cette activité ne ressemble pas un étudiant. pensez à leur situation car il souffre vraiment.

Paix

La paix étant un facteur incontournable de tous les actes ou projets de développement, elle doit donc être jalousement préservée pour le bien être de notre chère Guinée. Sans elle rien ne pourra être propice dans ce pays.

Gouvernement, opposants, militants et sympathisants, je me prosterne  avec les deux mains au dos pour vous supplier à penser en amont à l’unité et  la solidarité nationale.

Aller sur la table, discuter et trouvez le plus vite que possible des solutions à vos problèmes. Les innocents ont beaucoup perdu dans ce pays (leurs voitures ont été endommagées, certaines brûlées, des boutiques pillées, les activités paralysées) et chaque camp politique c’est-à-dire le gouvernement et opposants  rejettent cette responsabilité.

Où voulez vous nous amenez…au conflit ? Aux massacres ? Ne le tentez pas.

Rappelez-vous un peu des guerres qui se sont passées en Sierra Léone, au Liberia, au Rwanda…combien d’enfants et de femmes de tous âges confondus y ont été massacrés ? Combien de filles ont été violées et combien ont fuit ces pays ?  Je vous le jure les dégâts sont indéchiffrables, pourtant ce sont ses mêmes  pauvres citoyens qui vivent ensemble aujourd’hui. Quelle honte !

Souvenez vous aussi de ce qui vient de se produire en Cote d’ivoire, en Libye, au Bangui en Centre Afrique et même ce qui se passent actuellement en Syrie, c’est du regret, rien que la désolation.

Alors chers compatriotes, donnons nous la main, œuvrons pour la préservation de la paix dans ce pays, pensons aux enfants, aux mamans qui y vivent car la guerre on ne la souhaite n’épargnera personne.

IMG_20150418_212127

IMG_20150418_213818Pour « une nécessité de développer un projet web de la couverture médiatique des élections à venir », les membres de l’association des bloggeurs de Guinée se sont rencontrés pour la première fois ce samedi 18 avril à l’Aquarium, un espace situé à Conakry derrière le palais du peuple. Cette retrouvaille a connu la participation de neuf (9) blogueurs sur 14, certains d’entre eux sont venus de la forêt, une région située à quelques 800 à 1000 km de la capitale. Pour rendre utile cette rencontre, trois points ont été retenus et détaillés par l’association.

Le premier point était axé sur les explications autour des démarches qui ont été faites pour la mise en place de cette association. Ces explications ont été données par Fodé Kouyaté et  Alimou Sow. Sur le même point,  certains membres ont fait des propositions. Une d’entre elles portait sur la création d’un bureau  afin de mieux structurer cette organisation. La révision de l’ancien statut de l’association a été aussi décidée. Trois membres ont été retenus pour en faire.

Le deuxième point de l’ordre du jour s’est accentué au compte rendu des nouvelles démarches que l’Ablogui est entrains de mener sur le terrain. Ces démarches permettront à l’association de bien mener ces activités surtout lors des présidentielles qui s’annoncent bientôt.

L’association des blogueurs de Guinée ont terminé cette rencontre sur certains projets qu’elle compte réaliser dans sous peu de temps.

image

image

image

image

Ce mardi à l’Institut supérieur de l’information et de la communication de Kountia , c’est la fête. Une étrange folie de joie anime ces pauvres étudiants disperser un peu partout dans la cour de l’Institut. Prenant d’assaut le guichet de paiement, ils perçoivent tour à tour leur bourse d’entretien, une somme variant de 200.000 gnf à 220.000 gnf pour les mois janvier février. Cette année depuis l’ouverture des classes, une telle atmosphère n’a jamais régné dans ce temple des futurs journalistes et communicants.
Sur leur visage, on peut même oser imaginer la fin de leur galère tellement presser de leur bourse.
Ils se dépêchent, se bousculent, s’éclatent de joie sous ce soleil ardent pour percevoir une somme presque insignifiant par rapport à leur besoin ( transport, mangé, brochure, habillement et autres…) mais malgré tout ils s’en contentent.
Cette situation explique la misère que traversent ces futurs cadres de la Guinée dans cette crise de l’épidémie Ebola.

Bafodé Bangoura

image

image

image

Assis paisiblement derrière ma marmite de thé au bord de la route, j’aperçois à distance un taxi venir à vive allure, et par surprise il se campe auprès de moi, il était 18h.
Attention détournée, mon regard se pointe à l’intérieur du taxi. Soudain je surprends au coté escroc du taxi un policier assis entraine d’échanger des coups de point avec le chauffeur.
Le policier veut coûte et coûte confisquer la clé du taxi, le chauffeur en revanche en refuse d’être déposséder.
Selon le gardien de la sécurité routière , le taxi man est pris en infraction, il s’est permis d’embarquer les passagers à l’endroit  » stationnement interdit « . C’est ce stationnement anarchique qui favorise d’énormes bouchons sur cette route une fois une, poursuit il. Cette bataille a commencé depuis au carrefour Boston à 200m de moi. Après quelques quinzaines de minutes de contestation, le chauffeur fini par approuver l’explication du policier.
Souvent en Guinée, on accuse des policiers pour leur cupidité, mais des fois les conducteurs sont aussi fautifs, ce cas vient d’illustrer cette affirmation.

Bafodé Bangoura